L'incroyable bilan carbone d'un mail!

Hi fam, Comme je vous en ai déjà parlé, j’essaie adrement de diminuer mon empreinte carbone ce qui, qu’on se le dise, n’est pas toujours chose facile! Mais je ne m’avoue absolument pas vaincue, “Quand on veut, on peut” comme le dirait l’expression. D’ailleurs, si ça vous dit n’hésitez pas à suivre mes aventures écolo par ici. Aujourd’hui j’ai eu envie de partager avec vous un moyen simple (très très simple) de diminuer votre bilan carbone. Comment? En triant simplement vos mails! Oui, oui, croyez-le ou non, ça aide Comment une chose aussi immatérielle qu’un simple mail peut-elle émettre du CO2 ? Contribuons-nous à la détérioration de l’environnement en envoyant un mail ? Je vous dis tout! Selon Mike Berners-Lee (auteur de “How Bad are Bananas? : The Carbon Footprint of Everything”), un simple mail sur lequel on clique, qu’on ouvre, qu’on transfère ou auquel on répond génère 4gr de CO2. Si ce courriel (lol, ça fait grave année 80 d’appeler ça un “courriel”, mail***) compte un fichier de 1 Mo, l’émission de carbone atteint 19 gr et si ce fichier est transféré, il émet encore plus de CO2. Comment est-il possible que l’envoi, la lecture, la suppression, le transfert ou le stockage d’un courriel génère une empreinte carbone ? Je vous explique! En fait, le traitement d’un mail sur Internet implique l’envoi, la lecture, la suppression et le stockage de ce mail et, par conséquent, nécessite de l’énergie. N’oublions pas non plus l’infrastructure nécessaire pour permettre ce processus qui exige également beaucoup d’énergie. Par exemple, l’année dernière, le ministère américain de l’énergie a déclaré que les centrées de données consommaient environ 3 % de l’électricité dans le monde, et que ce chiffre pourrait atteindre 8 % d’ici 2030. Ce n’est pas tout! Selon Global News, nous savons que les employés de bureau reçoivent environ 121 mails par jour, dont la moitié sont des spams. En considérant qu’un spam, un mail standard et un mail avec pièce jointe génèrent respectivement 0,3 gr, 4 gr et 50 gr de CO2, nous pouvons dire que ça équivaut à 603 393 gr de CO2 par an. Ca ne vous parle toujours pas? Dites vous que ça revient à planter 30 arbres au cours de cette année pour compenser vos mails. Heureusement pour nous, il existe des solutions Je me suis renseignée sur le sujet histoire de ne pas faire que vous saper le moral et voilà ce que je vous propose comme alternatives: Réduire la taille de vos mails en diminuant la résolution et en compressant les images et éviter les gros éléments HTML. Trier vos abonnements. Vérifiez bien vos mails avant de les envoyer pour vous assurer qu’ils contiennent toutes les informations nécessaires (et correctes) pour éviter d’avoir à envoyer un courriel de suivi. Reliez certains fichiers ou informations en ligne plutôt que d’ajouter une pièce jointe. Utilisez “Carbon Capper”, une extension de Google Chrome qui examine le nombre de mots dans votre e-mail et qui affiche un message sensible aux fenêtres contextuelles si vous envoyez un message de moins de quatre mots (je dois encore tester celui là!) Faites un effort supplémentaire et soyez plus responsable en utilisant un serveur de données écologique qui consomme moins d’énergie (ok, je ne fais pas encore celui-là non plus). Voilà pour aujourd’hui. J’espère que la lecture vous aura plue. comme d'hab, n'hésitez pas à me le faire savoir en commentaire et si vous aussi vous avez des astuces sur le sujet, feel free to share. :) Bise, Math.

L'incroyable bilan carbone d'un mail!