My Items

I'm a title. ​Click here to edit me.

The art of slow living with Claire Mondray

The art of slow living with Claire Mondray

Enjoying the present moment is hard, so hard. I cannot fully soak it in, and be fully present without my mind going wild. I live this so-called "Fast Life" with a fully booked agenda and an overworked mind. This is not what I want. What happened to this little girl who used to enjoy her own for hours telling herself endless stories or switching her phone off when family vacation? I miss these times. I miss my tranquility, my slow life. Today, I'm constantly connected, busy, invaded by external stimuli, and societal pressure to do more, to do better generating endless anxiety. Productivity is the new normal, letting our well-being get worse and worse. I hate this. Why should we put ourselves in such a position? 2 weeks ago, I decided to contact Claire Mondray, a slow-living enthusiast. Claire accepted to answer all of my questions, which help me understand even more the importance of slowing down in a world going faster and faster. She explained to me what was slow-living, how to practice it, and what benefits to take away from it. We discussed the correlation with ecology. I'll let you find out more about this great exchange through this little interview. 🥰 Interview - Le slow living Who are you? Claire: " It's always such a hard exercise. I'm 34, content creator for 10 years, but freelance for 1 year and a half now. I also have a Podcast channel valuing women who are entrepreneurs in a better and more conscious way and that awakens consciences. I'm also very passionate about what I'm doing and about passionate people. I could listen to them for hours. It amuses me a lot to meet new people, to listen to new stories and journeys, I find it very rich. I'm passionate about reading as well, yoga, series, and cinema. I've been living in Toulouse for 1 year and a half now, but I'm from Perpignan. I'm a real southerner, I love warmth, the sea, and the un. It's vital for me so is traveling." How would you define "slow living"? Claire: " For me, it means living consciously. In line with your values and your needs, while respecting the living because by respecting the living, we respect ourselves. It's really adapting your lifestyle to all of these elements. " How did you decide to get down to it? Claire: " I experienced sore challenges, which pushed me to ask myself how to do to feel better and what I didn't want in my life anymore. Practicing yoga also reinforced all of this reflection and changed my way of living. I was also very sensitive at first. I'm very passionate, so I appreciate taking the necessary time when it comes to pleasure and passions. Also, I feel, because I learned to know myself, that if I do not take those moments, anxiety can take over. I definitely have to listen to myself. How to practice slow living? Claire: "For example, an hour before I go to bed I read, I totally disconnect from the screens. The goal is to really disconnect from 9 pm onwards if I can manage it. And then, the little ritual I like is yoga every night. I prefer to do it in the evening because it allows me to put my day down on the mat and really decompress. I also give myself a break, often in the middle of the afternoon, where I drink a coffee or an herbal tea, often on a balcony to hear the birds singing that soothes me, and I really don't do anything else. It lasts 10 minutes, but it allows me to breathe and not do 10,000 things at the same time throughout my day. The human brain is not made to work continuously, it's not possible. And we want to be productive all the time, but it's not possible if we don't take these moments. My signals are when I start to procrastinate. I do all the little tasks that I like, absolutely not urgent, and leave the urgent ones aside and they pile up, which puts extra pressure on me, and I tell myself that I didn't listen myself enough. It can also be by going for a walk, by doing the sport you like. Any passion that would allow you to disconnect and do in consciousness, to be in the present moment, to relax the mind. There are tricks to being in the present moment, some people use visualization. I don't know how to do it. But I know how to focus on my breath while counting. And you can't count and think at the same time. That's my best tool. You just have to find your tool, this is the one that works best for me. If there is an alert that I can give you, it is for example when I feel that I have a weight on my chest and that I have difficulty breathing, then it is that I need a break." What are the biggest barriers to living slowly? Claire: " The biggest barrier, I'd say, is the society's injunctions such as productivity. Society is very paradoxical, it defends well-being yet puts pressure on well-being. It goes the same with productivity. These are fake beliefs we perpetuate. So, I'd say social media and injunctions." According to you, is there a bond between ecology & slow living? Claire: "I wasn't brought up with those values. It just wasn't my parents' generation and it wasn't in their education. I wasn't made aware of it. So it really came up when my mother got sick. I started to think about the fact that a lot of parents in my generation were getting cancer. It was a subject that started to interest me, I said to myself "How is it possible that there are so many cancers at 50 years old?" and I started to tell myself that there was something wrong, to tell myself that there was a problem. It really started with the realization that health was deteriorating, that cancers and autoimmune diseases were multiplying and I wondered what the problem was. So I started to pay attention to what I was eating. Then it was the products I used in my daily life to clean my house and then cosmetics and clothing. My ecological sensitivity was born with my love for nature. All my youth, my parents took us to the mountains every weekend, and during our walks, my father taught me the different species, and how nature worked,... It was a journey of about ten years. It was really a progressive awareness, but everything started from a health and ecological problem, it's obvious." What benefits can we take away from slow living? Claire: " The 2 biggest strengths I have gained from this I would say are courage and resilience. I realized that I can't change things, that what happened can't be changed, I can only act today. There's no point in dwelling on it, really. I don't dwell on it anymore. Resilience is a great strength and a great form of serenity, it's part of slow living." Bonus: How would you define "well-being" and what is your well-being routine? Claire: " I would describe it very simply. For me, it's balance. Not feeling torn by anything, not living in greed. To find a balance in life between your deepest values and your actions. A balance that is unique to each person. My wind-down routine is important to me. When I decide to stop working, I make myself an infusion and do yoga. Then I go to dinner with my man and we watch a movie. Before I go to bed, I do my ritual and sit in bed and read for a good hour before I go to sleep. It's a whole end-of-day routine that does me a lot of good." If you have reached the end of this reading, it is because, I hope, you have enjoyed this interview. I hope that this exchange resonated as much as it did for me. Don't hesitate to share your opinion in the comments, it's always a pleasure to read you. Thanks again to Claire, for her time and sharing on Live My Way. See you soon, Math.

L'art du slow living avec Claire Mondray

L'art du slow living avec Claire Mondray

Je ne parviens plus à vivre l'instant présent, à profiter pleinement de chaque moment sans que mon esprit ne soit à 100% présent. Je vis cette "Fast Life" à l'agenda bien trop chargé et l'esprit surmené. C'est fou, d'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours apprécié ma propre présence et vivre l'instant présent. Petite, je pouvais passer des heures à jouer seule en m'invantant des histoires. Plus grande, j'aimais déconnecter le temps des vacances en famille (je coupais totalement même mon gsm). Aujourd'hui, ce sont des aspects de ma vie qui me manquent. Je suis constamment connectée, occupée, envahie de stimulis externes et de cette pression sociétale de toujours devoir faire plus, faire mieux générant cette anxiété latente. La course à la productivité a sonné et mon bien-être en a pris un coup, un sacré coup. Un constat qui ne me plaît pas, mais qui est pourtant bien là. Il y'a deux semaines de cela, j'ai donc décidé de contacter Claire Mondray, fervante du slow living. Claire a accepté de répondre à mes questions et m'a permis de prendre doublement conscience de l'importance du moment présent, de ralentir et de s'écouter. Elle m'a expliqué le concept du slow living, comment le mettre en pratique et surtout quels en étaient les bénéfices à tirer. On a également parlé du rapport à l'écologie. Je vous laisse découvrir Claire ainsi que le slow living danc cette petite interview. 🥰 Interview - Le slow living Qui es-tu? Claire: "C'est toujours un exercice difficile je trouve. J'ai 34 ans, je suis créatrice de contenu depuis 10 ans mais véritablement à mon compte depuis 1 an et demi. J'ai aussi une émission de podcasts qui valorise les femmes qui entreprennent de façon plus belle et plus consciente et qui éveille les consciences. Je suis aussi quelqu'un de passionné par ce qu'il fait et par les gens passionnés. Je pourrais les écouter parler pendant des heures. Ça m'anime beaucoup de rencontrer de nouvelles personnes, écouter de nouveaux parcours, je trouve ça très enrichissnt. Et je suis passionnée de lecture, de yoga et de series télé, et de cinéma aussi. Et je vis à Toulouse depusi 1 an et demi, mais je suis originaire Perpignan. Je suis une vraie sudiste, j'adore la chaleur, la mer, le soleil, c'est vital pour moi et voyager aussi!" Comment définirais-tu le slow living ? Claire: " C'est vivre en conscience, je dirais. En conscience de ses valeurs et de ses besoins dans le respect du vivant car en respectant le vivant on se respecte soi aussi. Etre à l'écoute de ses besoins. C'est vraiment adapter son mode de vie à tous ces éléments là." Comment as tu décidé de mettre le slow living en pratique? Claire: "J'ai eu des épreuves douloureuses qui m'ont ammenées à me poser des questions de comment faire pour aller mieux et de ce que je ne voulais plus dans ma vie pour bien utiliser mon temps. Après, le yoga est venu renforcer toute cette réflexion là et modifier ma façon de vivre. Il y'avait déjà une sensibilité à la base. Je suis quelqu'un de très passionné donc j'aime avoir le temps pour le plaisir et pour faire mes passions. Et aussi, je sens, parce que j'ai appris à me connaitre, que si je ne m'accorde pas ces moments là, l'anxiété peut vite prendre le dessus donc j'ait tout interêt à vraiment m'écouter." Comment mettre le slow living en pratique? Claire: "Par exemple, une heure avant de me coucher je lis, je déconnecte totalement des écrans. Le but c'est de vraiment déconnecter à partir de 21h, si j'y arrive. Et après, les petits rituels comme ça que j'aime, c'est le yoga tous les soirs. Je préfère le pratiquer le soir car ça me permet de poser ma journée et de vraiment décompresser. Je m'accorde aussi une pause, souvent en milieu d'après-midi, où je bois un café ou une infusion, souvent sur un balcon pour entendre le chants des oiseaux qui m'apaise, et je ne fais vraiment rien d'autre. Ça dure 10 minutes tu vois, mais ça me permet de souffler et de ne pas faire 10 000 choses en même temps tout au long de ma journée. Le cerveau humain n'est pas fait pour fonctionner en continu, ce n'est pas possible. Et justement, on veut être sans cesse productif, mais ce n'est pas possible si on ne prend pas ces moments là. Moi mes signaux c'est quand je commence à procrastiner. Je fais toutes les petites tâches qui me plaisent, absolument pas urgentes, et laisse les urgentes de côté et ça s'entasse, ce qui me met une pression supplémentaire et je me dis que je ne me suis pas assez écoutée. Ça peut aussi être en allant marcher, en faisant le sport qu'on aime. Toute passion qui permettrait de déconnecter et faire en conscience, d'être dans le moment présent, relacher le mental. Il y'a des astuces pour être dans le moment présent, il y'en a qui utlisent la visualisation. Moi, je ne sais pas le faire. Par contre je sais me concentrer sur ma respiration en comptant. Et tu ne peux pas compter et penser en même temps. Ça c'est mon meilleur outil. Il suffit de trouver son outil, celui-ci est celui qui marche le mieux pour moi. S'il y' une alerte que je peux te donner, c'est par exemple quand je sens que j'ai un poids sur la poitrine et que j'ai du mal à respirer, alors c'est que j'ai besoin d'une pause." Quels sont les plus gros freins au slow living? Claire: " Le plus gros frein qui existe ce sont les injonctions de la société qui se perpétuent comme la producitvité. La société est très paradoxale, elle prône le bien-être mais tout en mettant en plus la pression au bien-être, pareil pour la productivité. Ce sont les fausses croyances que l'on perpétue, en fait. Donc je dirais les réseaux sociaux et les injonctions." Selon toi, il y'a t-il un lien entre le slow living et l'écologie? Claire: "Je n'ai pas été éduquée dans ces valeurs là. Parce que ce n'était juste pas de la génération de mes parents et ce n'était pas dans leur éducation. Je n'y ai pas été sensibilisée. Du coup, c'est venu vraiment quand ma mère est tombée malade. J'ai commencé à réfléchir au fait que beaucoup de parents de ma génération développaient un cancer. C'est un sujet qui a commencé à m'interresser, je me suis dit "Mais comment est-ce possible qu'il y'ait autant de cancers à 50 ans?" et j'ai commencé à me dire qu'il y'avait quelque chose qui clochait, à me dire qu'il y'avait un souci. C'est vraiment parti d'une prise de conscience que la santé se dégrade, que les cancers et maladies auto-immunes se mulitplient et je me suis demandée d'où venait le problème. Donc j'ai commencé à faire attention à ce que je mangeais. Ensuite, ça a été les produits que j'utilisais au quotidien pour nettoyer ma maison et après les cosmétiques et l'habillement. Ma sensibilité écologique est née avec mon amour pour la nature. Toute ma jeunesse, mes parents nous ammenaient en montagnes tous les weekends, et durant nos promenades, mon père m'apprenait les différentes espèces, comment fonctionait la nature,... Ça été un cheminement d'une dizaine d'années. Ça a vraiment été une prise de conscience progressive, mais tout est parti d'un problème de santé et écologique, c'est évident." Quels sont les bénéfices majeurs du slow living? Claire: " Les 2 plus grandes forces que j'en ai tirées je dirais c'est le courage et la résilience. J'ai réalisé que je ne pouvais pas changer les choses, que ce qui s'est passé ne peux pas être changé, je peux juste agir aujourd'hui. Ça ne sert à rien de ressasser, en fait. Je ne ressasse plus jamais. La resilience est une grande force et une grande forme de sérénité, ça fait partie du slow living." "Hier n'existe pas plus que demain." Comment définirais-tu le bien-être et quelle est ta routine bien-être? Claire: " Je le décrirais très simplement. Pour moi, c'est l'équilibre. Ne pas se sentir tiraillé par quoi que ce soit, ne pas vivre dans la cupabilité. Trouver son équilibre de vie entre ses valeurs profondes et ses actes. Un équilibre qui est propre à chacun. Ma routine fin de journée est importante pour moi. Quand je décide d'arrêter de travailler, je me fais une infusion et je fais du yoga. Et puis je vais diner avec mon homme, on se met un film. Avant de me coucher, je fais mon rituel et je m'installe au lit pour lire une bonne heure avant de dormir. C'est toute une routine de fin de journée qui me fait beaucoup de bien." Si vous arrivez au bout de cette lecture, c'est que, je l'espère, vous avez apprécié cette interview. J'espère que cet échange vous aura parlé autant qu'à moi. N'hésitez pas à partager votre avis en commentaire, c'est toujorus un plaisir de vous lire. Encore merci à Claire, pour son temps et son partage sur Live My Way. A bienôt, Math.

Lisbon must-do list!

Lisbon must-do list!

If you haven't considered Lisbon yet as your next travel destination, this article may help you change your mind. A few weeks ago, I went to Lisbon for the first time, and it was mindblowing. Not to mention that we were quite lucky with the weather. Not gonna lie, a game-changer. 5 reasons to visit Lisbon If I had to list 5 reasons to visit Lisbon, this is what I'd say: Proximity with Belgium There's no need to travel the world to find beautiful places (yes, I said it). Traveling to Lisbon takes barely 2 hours by plane from Belgium, which means that if you land in the morning, you'll still have the entire afternoon and evening to make the best of it. That's pretty cool. Cheap Contrarily to many destinations, no need to break the bank to stay in Lisbon. We rented an Airbnb downtown Lisbon, and it was quite cheap (80e/pers for 3 nights). Plus, the food and beverages are very accessible in terms of price without compromising on quality! It's clearly a great opportunity to taste local food such as the traditional Pasteis de Nata, fresh codfish, and so much more. 🥰 Breathtaking & changing It's fascinating how close we can be from one country yet have such a different panorama. Lisbon reminded me a lot of San Fransisco (Ok, never been there yet, but it was super hilly like in the movies, without forgetting the Golden Gate 🙈.). What charmed me the most was all those little colorful houses and the paved narrow streets all around the city. Diversified From the sea to the viewpoints including old and historic areas as well as great bars and clubs, there's a bit of everything for everyone in Lisbon. You can stroll along the sea and let your imagination go wild, have a night out with your friends and have some fun, or simply get lost in the beautiful streets of the city, you'll never get bored. 3-day planning in Lisbon Day 1 If like us, you arrive early afternoon, I recommend you first have a nice lunch at Time Out Market, this is a food court with lots of different food. It's friendly and quick so you won't waste too much time eating. Then, dilly-dally along the coast, admire the view and stop by Place Pedro IV before heading to St.Jorge Castel for a beautiful view overlooking the city. To visit the castle, you have to pay 10 euros, but it is definitely worth it. Plus, Lisbon is not the richest city, it counts on tourist activities to develop its economic power, so we can clearly contribute. :) If you like rooftops, you should try Topo Martim Moniz to enjoy the sunset and some cocktails. For dinner, I suggest you try the Ponto Final. It is a tapas bar with a beautiful view over the bridge. I wish I could have tried this one. To finish strong, you can go out to Bairro Alto. This spot reminded me a lot of le carré in Liège, but more friendly. :) Day 2 Wake up early and head off to Hello Kristof for a delicious breakfast. Note that, this spot is more trendy than local. You can order a healthy breakfast bowl, some toast, or pastries with a warm drink. If it's not your cup of tea, simply put yourself into the locals' shoes and eat some Pasteis de Nata for breakfast. Thereafter, you can reach the Botanical Garden of the university. It's a beautiful park where you can resource away from the hustle-bustle of the city. Once again, you'll have to pay for the entrance. If I remember correctly, it cost 3 euros... If you need some inspiration for lunches, you can try Rafael Cellar. It is a real gem! After that, you can go to Alfama, which is actually very close to the restaurant. Alfama is quite lovely, with lots of narrow paved streets, the famous 28 tramway, and you can even come across singers singing and playing guitar in the streets. As for dinner, the Lost In is a good option. It is an Asian restaurant overlooking the city. The food is so refined and made of fresh fish. I loved it. In comparison to the other restaurants, this one is a bit more pricy. Day 3 If you have time enough, you should definitely go off-center and visit Sintra and Belem (even Cascais). Start by Sintra in the morning and stop by Saudade Café for a yummy and filling breakfast (the apple scone was AMA-ZING). Then, cross the city to access Quinta da Regaleira, an old prestigious castle, which is definitely worth the walk. After the tour, walk back and take the bus to Belem (45 min). It's in the direction to go back to Lisbon. In Belem, you'll find the beautiful Tower of Belem, the bridge, the Monastery of Jeronimo, and, overall, the Pasteis de Belem (apparently the best ones). By late afternoon, stop by Park Rooftop Bar to admire the sunset with a couple of drinks and some music. The atmosphere is very nice as well as the view. If like us, it is too crowded, try The Pharmacy. It's an old pharmacy converted into a bar/restaurant, very atypical and quieter. Finally, for dinner, we ate at Alfama Cellar, a small and charming restaurant in Alfama. The food is once again local and the wine is delicious too. If you ask, you can even get a drink for the house. 🙈 So, ready to pack?! Psst: Find my latest travels here.

Que faire à Lisbonne?

Que faire à Lisbonne?

Si vous n'avez pas encore ajouté Lisbonne dans votre to-do voyage, cet article peut clairement vous aider à reconsidérer votre choix. Il y'a déjà casiment un mois de cela, nous sommes partis à Lisbonne rejoindre quelques amis. C'était la première fois que je mettais les pieds à Lisbonne, voir même au Portugal, et je dois dire que la ville m'a beaucoup charmée. 5 raisons de visiter Lisbonne Si je devais lister 5 raisons de visiter Lisbonne, voilà ce que je dirais: Proximité avec la Belgique Je dois admettre qu'il n'est pas toujours nécéssaire de traverser le globe tout entier pour tomber sur de chouettes endroits. Voyager jusqu'à Lisbonne prend à peine deux heures en avion à partir de Bruxelles. C'est donc assez pratique si vous parvenez à avoir un vol en début de matinée, car ça vous laisse tout le reste de la journée pour profiter. Peu cher Contrairement à beaucoup d'autres destinations, Lisbonne fait partie de ces pays qui sont très peu chers. Vous pouvez trouver un très bon logement via Airbnb en plein centre de Lisbonne pour moins de 100e/nuit. Sans parler de la nourriture qui est également très accessible. Ca vous donne donc une belle opportunité de pouvoir vous imprgéner totalement dans la culture culinaire le temps d'un séjour. 🥰 Dépaysant et éblouissant Au final, je trouve ça tout de même dingue d'être si proche de la Belgique et pourtant d'avoir un panorama si différent. Lisbonne m'a beaucoup rappelé San Fransisco. Bon, ok je n'y suis pas encore allée mais en se basant sur quelques classiques cinématographiques, tout le monde sera d'accord pour dire qu'on y retrouve ce côté vallonnée sans oublier le Golden Gate 🙈.. Ce qui m'a le plus charmé, ce sont ces petites maisons colorées et ces petites ruelles pavées partout dans le centre-ville. Diversifié Entre le bord de mer, le centre histoirque, les musés, ou encore les nombreux bars et clubs, il y'en a clairement pour tous les goûts à Lisbonne. Vous pouvez tout à fait y envisager un city trip calme et reposant fait de balades le long de la mer, de visites du centre-ville, et de petit dej' au Pasteis, ou encore y programmer un séjour plus festif en faisant la tournées des bars en soirée. 3 jours à Lisbonne - planning Jour 1 Si comme nous, vous arrivez début d'après-midi, alors je vous conseille d'aller luncher au Time Out Market. C'est un food court avec un tas de stands proposant des cuisines différentes venant des 4 coins du monde. C'est assez sympa et très pratique quand vous avez envie d'un truc rapide et que vous êtes en groupe. Ensuite, nous nous sommes promenés le long de la côte pour rejoindre la Place Pedro IV. Vous ne pourrez pas la manquer, il s'agit de la place principale. Nous avons également visité le château St.Jorge surplombant la ville et offrant une vue à couper le souffle. Pour visiter le "château" (ce sont surtout des ruines), il faut payer 10e, mais honnêtement, ça en vaut clairement la peine. Et puis on ne va pas se mentir, Lisbonne n'est pas la région la plus riche, nous pouvons bien contribuer un peu à son économie locale en tant que touristes. :) Le soir, après une bonne douche et déjà quelques km dans les pieds, nous sommes allez boire un verre et admirer le coucher de soleil au Topo Martim Moniz. Il s'agit d'un rooftop très sympa et proche du centre. Pour diner, nous avons opté pour un petit resto proche de notre logement. La nourriture n'était pas dingue donc je préfère ne pas partager l'adresse. A refaire, j'aurais plutôt essayé ce resto à tapas avec une vue imprenable sur le pont: Ponto Final. Pour finir cette première journée sur une belle note, nous sommes sortis à Bairro Alto. Ca m'a beaucoup rappelé le carré à liège mais en plus "sain" :p. Jour 2 Nous nous sommes réveillés assez tôt et pour prendre le petit dej' chez Hello Kristof et profiter un max de la journée. Je dois avouer que cet endroit est plus "trendy" que local. Vous pouvez commander un bol de granola maison, des toasts healthy ou des pâtisseries accompagnées d'un café latte ou d'un jus d'orange bien frais. Si ce n'est pas votre truc, mettez-vous simplement dans la peau d'un local et foncez acheter des Pasteis de Nata pour le petit-déjeuner. Ensuite, nous sommes allés au jardin botanique de l'université. C'est un très beau parc où vous pourrez vous ressourcer loin de l'agitation de la ville. Si je me souviens bien, l'entrée coûtait 3 euros (une fois encore, un prix très dérisoire). Pour le dîner, nous sommes allés à la Cave Rafael. Une très belle surprise ! La nourriture était délicieuse, locale et faite maison. En plus, le serveur était très sympathique et nous a donné pas mal de bons plans. Une fois nos bidous bien remplis, nous nous sommes perdus dans Alfama. Alfama est très typique, avec beaucoup de rues étroites et pavées, le populaire tram 28, et vous pouvez même tomber sur des musiciens dans les rues. Pour le souper, nous avons réservé une table au Lost In, un restaurant asiatique avec vue sur la ville. La nourriture était très raffinée. J'ai adoré. Par rapport aux autres restaurants, celui-ci était un peu plus cher. Jour 3 Si vous avez assez de temps, vous devez absolument vous excentrer et visiter Sintra et Belem (même Cascais). Nous avons commencé par Sintra le matin et nous nous sommes arrêtés au Saudade Café pour un bon petit-déj' bien copieux (le scone aux pommes était dingue!). Ensuite, nous avons traversé la ville pour accéder à la Quinta da Regaleira, un ancien château prestigieux, qui vaut vraiment la peine d'être du détour. Après la visite, nous avons repris le bus pour Belem (45 min). C'est la direction à prendre pour retourner à Lisbonne donc assez pratique comme itinéraire. À Belém, vous y trouverez la Tour de Belém, le fameaux pont, le monastère de Jeronimo et, surtout, les Pasteis de Belém (apparemment les meilleurs). En fin de journée, nous sommes allés admirer le coucher de soleil au Park Rooftop Bar. Malheureusement, nous sommes arrivés un peu trop tard (18h30 un samedi, sans blague) et il y avait beaucoup trop de monde, ce n'était même pas agréable, mais la vue était encore une fois très sympa. Nous sommes donc allés dans un autre bar, La Pharmacie. C'est une ancienne pharmacie convertie en bar/restaurant, très atypique et plus calme. Pour notre dernier dîner, nous avons essayé Alfama Cellar, un petit resto très charmant à Alfama. La nourriture est locale et le vin est bon. Si vous demandez, vous pouvez même obtenir une verre pour la maison. 🙈 Honnêtement, 3 jours entiers sur place, c'était le top. Ca nous a permis de déconnecter à fond et de pouvoir déjà profiter pas mal de Lisbonne. Si vous avez d'autres bons plans, n'hésitez pas à les partager en commentaires. :) Psst: Retrouvez mes derniers voyages par ici.